dimanche 28 février 2010

Autour de la table de Noël à Dublin

"Une oie grasse et dorée était posée à un bout de la table et à l'autre bout, sur un lit de papillotes parsemé de brins de persil, était disposé un grand jambon débarrassé de sa couenne et saupoudré de chapelure, avec une papillote proprette autour de l'os, à côté duquel se trouvait un morceau de gîte aux épices. Entre ces deux extrémités rivales couraient deux lignes parallèles de garnitures : deux petites cathédrales de gelée rouge et jaune ; une assiette plate remplie de morceaux de blanc-manger et de confiture rouge ; un grand plat vert en forme de feuille avec une poignée figurant la tige, qui contenait des piles de raisins secs de couleur violette et d'amandes émondées, un plat assorti sur lequel était posée une barre de figues de Smyrne, une assiette de crème anglaise garnie de muscade râpée, un petit bol rempli de chocolats et de bonbons enveloppés de papiers dorés et argentés, un vase en verre où se dressaient de longues branches de céleri. Au centre de la table, comme en sentinelle devant un compotier qui soutenait une pyramide d'oranges et de pommes d'Amérique, se trouvaient deux carafons vieillots et trapus en verre taillé, l'un rempli de porto et l'autre de sherry ambré. Sur le piano carré dont on avait rabattu le couvercle un pudding attendait son heure dans un immense plat jaune ; et derrière lui trois escouades de bouteilles de stout, d'ale et de sodas, étaient alignées suivant les couleurs de leurs uniformes, les deux premières noires avec des étiquettes brunes et rouges, la troisième escouade, la plus petite, blanche avec une écharpe verte transversale.

Gabriel prit hardiment sa place au haut bout de la table et, après avoir vérifié le fil du couteau à découper, piqua fermement sa fourchette dans l'oie. Il se sentait parfaitement à l'aise à présent car il était expert en découpage et n'aimait rien tant que se trouver à la tête d'une table bien garnie.

- Miss Furlong, qu'est-ce que je vous fais passer ? demanda-t-il. Une aile ou un morceau de blanc ?
- Juste un petit morceau de blanc.
- Pour vous Miss Higgins, qu'est-ce que ce sera ?
- Oh, ce que vous voudrez, Mr. Conroy.

Tandis que Gabriel et Miss Daly échangeaient assiettes d'oie et assiettes de jambon et de boeuf Lily allait d'un convive à l'autre avec un plat de pommes de terre chaudes et farineuses enveloppées dans une serviette de table blanche. C'était une idée de Mary Jane qui avait aussi suggéré de la compote de pommes pour l'oie mais Tante Kate avait déclaré que l'oie rôtie sans compote lui avait toujours suffi et qu'elle souhaitait ne jamais rien manger de pire. Mary Jane était aux petits soins avec ses élèves, s'assurant qu'ils obtenaient les morceaux de choix, tandis que Tante Kate et Tante Julia ouvraient des bouteilles de stout et d'ale pour les messieurs, de sodas pour les dames, qu'elles allaient chercher sur le piano. Il y avait beaucoup de confusion, de rires et de bruit, bruit des ordres et contrordres, des couteaux et des fourchettes, des bouchons de liège et des bouchons de verre. Gabriel commença à découper les secondes portions dès qu'il eut terminé le premier tour de table, sans se servir lui-même. Tous protestèrent bruyamment ; il transigea en prenant une bonne rasade de stout car le découpage de l'oie lui avait donné chaud. Mary Jane s'assit discrètement devant son assiette mais Tante Kate et Tante Julia continuèrent à trottiner autour de la table, marchant sur les talons l'une de l'autre, se gênant mutuellement et se donnant des ordres auxquels aucune des deux n'obéissait. Mr. Browne les pria de s'asseoir pour souper et Gabriel fit de même mais elle répondirent qu'elles en auraient bien le temps, si bien que pour finir Freddy Malins se leva et, s'étant emparé de Tante Julia, la planta sur sa chaise au milieu de l'hilarité générale."

(James Joyce, Gens de Dublin)

Aucun commentaire: