jeudi 4 février 2010

Berenice Abbott - Manhattan Bridge, 1936

Nous sommes si petits, marchant dans une immense solitude, courbés sous le poids de notre destin. Où allons-nous si pathétiques et pitoyables ? Que faisons-nous sur cette terre de misère et de douleur où nous ne rencontrons que méchanceté et absence d'amour ? Existe-t-il un autre monde plus gai et plus accueillant que celui-ci dans lequel nous ne serions pas ces créatures grotesques s'efforçant de paraître joyeuses et triomphantes pour mieux dissimuler notre insignifiance et notre vacuité intérieure ?

Aucun commentaire: