jeudi 25 février 2010

Prendre le large...

"Nous nous rapprochâmes alors de la rivière. Notre marche nous entraîna longuement parmi les rues bruyantes flanquées de hauts murs de pierre, où nous regardions la manoeuvre des grues et des machines, nous faisant souvent invectiver par les conducteurs de charrettes gémissantes qui nous reprochaient notre immobilité. Il était midi quand nous atteignîmes les quais et, comme les ouvriers semblaient tous en train de déjeuner, nous achetâmes deux gros pains aux raisins et nous assîmes pour les manger sur une conduite en métal près de la rivière. Nous prenions plaisir au spectacle du commerce de Dublin - les péniches signalées au loin par leurs spirales de fumée laineuse, la brune flotte de pêche au large de Ringsend, le grand voilier blanc qu'on était en train de décharger sur le quai d'en face. Mahony disait que ça serait bath de prendre le large sur un de ces grands navires et moi-même, à regarder les grands mâts, je voyais - ou j'imaginais - la géographie qu'on m'avait administrée au compte-gouttes à l'école se matérialiser peu à peu sous mes yeux. Il semblait que l'école et la maison s'éloignaient de nous et que leur influence s'estompait."

(James Joyce, Gens de Dublin)

Aucun commentaire: