jeudi 18 mars 2010

Gabriel Matzneff

Te lire est un tel réconfort et je t'aime. Tu as tellement souffert de la méchanceté des gens.

Aucun commentaire: