dimanche 28 mars 2010

"Les deux soeurs" - Théodore Chassériau (1819-1856)

2 commentaires:

Eblis a dit…

Chère amie,
Encore une fois, je dois me contenter de quelques mots alors que j’aurais envie de vous écrire plus longuement. J’espérais trouver un moment de répit dans les premiers jours de mars, mais hélas, ce ne fut pas le cas! Chère amie, très chère amie, sachez que même si je ne vous écris pas, faute de temps, je lis attentivement les extraits que vous publiez et jette un regard des plus intéressés sur les œuvres d’art que vous partagez avec vos lecteurs. Votre univers est, ma foi, passionnant, fascinant. J’aime découvrir vos passions, vos coups de cœur, ce qui vous allume.

J’ai beaucoup pensé à votre personne au cours des derniers mois. Vous savez, avec le retour du défilé de la Saint-Patrick à Québec et ces cours de littérature, il est difficile de ne pas avoir une petite pensée pour vous plusieurs fois par semaine, voire par jour. Il y a quelques semaines, je suis passé dans les rues de cette ville que j’aime tant et j’en ai profité pour me rendre aux endroits que vous aviez photographiés pour m’imprégner de la magie des lieux, de cette atmosphère d’un autre temps.

Plus que quelques semaines avant que la session se termine, plus que quelques semaines avant de pouvoir me remettre à mon écritoire.
À bientôt j’espère,
Au plaisir,
Votre, Eblis

Dirlandaise a dit…

Cher Eblis,

Comme je suis contente de vous lire à nouveau. Je tombe de fatigue mais je ne peux résister au plaisir de vous écrire un petit mot. C'est vrai que vous êtes venu à Québec et que vous avez arpenté les endroits que j'ai pris en photos ? Cela me touche et je suis certaine que vous avez senti ma présence à vos côtés cher Eblis que j'aime tant. Je vais ressortir mon appareil bientôt car le printemps est toujours une source d'inspiration pour moi et je sens que l'envie me reprend de photographier cette si belle ville qu'est Québec.

Vous savez que je pense à vous très souvent moi aussi et je me demande toujours ce que vous êtes en train de faire et si tout va bien pour vous.

Je suis plongée dans le livre de Marie NDiaye "Trois femmes puissantes" qui a valu à son auteure le prix Goncourt. Je n'aimais pas tellement au début mais je commence à apprécier un peu plus bien que je trouve que cela ressemble à une longue litanie angoissante qui finit par devenir très pesante et lourde à la longue. Je vais retrouver bientôt monsieur Matzneff avec "Boulevard Saint-Germain". Le cher homme me manque et ne plus le lire est une souffrance car je me sens si bien en sa compagnie. Je continue également Balzac et je lirai aussi le livre de monsieur Clotaire Rapaille "Culture codes" qui me semble fort intéressant.

Et James Joyce m'attend également. Ah j'ai tellement de projets de lecture si vous saviez. Je voudrais pouvoir vivre éternellement afin de tout lire et de tout connaître de ces écrivains qui me fascinent et m'envoutent.

Vous aimez les oeuves de Théodore Chassériau ? Comme c'est beau n'est-ce pas ? Les deux soeurs sont tout simplement magnifiques. Remarquez la finesse de leurs mains et l'expression subtile de leur visage. Elles semblent se ressembler mais elles sont très différentes. Les robes sont sublimes de beauté et elles font rêver ! Je pourrais contempler cette toile pendant des heures et j'y découvrirais toujours un détail admirable.

Mais je dois vous laisser cher ami et je m'endormirai en pensant à vous si loin et si près tout à la fois.

Dirlandaise qui vous souhaite une bonne fin de session et qui vous envoie une douce caresse.