mercredi 28 avril 2010

Le principal chez Strindberg

"Le principal chez Strindberg, ce n'est pas son prétendu démocratisme, ni même son art, bien qu'il soit génial, expliquait Iouri avec force gestes de sa main libre. Le principal, c'est qu'il représente un nouveau type d'homme. Car la culture actuelle se trouve au bord de la ruine et, comme tout être vivant menacé de mort, elle tente désespérément de survivre en engendrant des homuncules bizarres dans les laboratoires alchimiques de l'esprit. Le surhomme, ce n'est nullement ce que pensait Nietzsche. La nature elle-même ne le sait pas. Elle fait des milliers de tentatives en mélangeant virilité et féminité dans des proportions variables. Remarque, elle ne se borne pas au masculin et au féminin. Strindberg, si tu veux, n'est qu'un degré, une étape."

(Viktor Pelevine, Un monde de cristal)

Aucun commentaire: