lundi 28 juin 2010

Les abîmes du néant

"Être chimérique et vain dont le nom seul a fait couler plus de sang sur la surface du globe que n'en fera jamais répandre aucune guerre de politique, puisses-tu rentrer dans le néant dont la folle espérance des hommes et leur ridicule frayeur osèrent malheureusement te sortir ! Tu ne parus que pour le supplice du genre humain. Que de crimes épargnés sur la terre, si l'on eût égorgé le premier imbécile qui s'avisa de parler de toi ! Montre-toi donc si tu existes ; ne souffre pas surtout qu'une faible créature ose t'insulter, te braver, te bafouer comme je le fais, qu'elle ose renier tes merveilles et rire de ton existence, vil fabricateur de prétendus miracles ! N'en fais qu'un, pour nous prouver que tu existes ; montre-toi, non dans un buisson de feu, comme on dit que tu apparus au bon Moïse, non sur une montagne, comme tu te montras au vil lépreux qui se disait ton fils, mais auprès de l'astre dont tu te sers pour éclairer les hommes : que ta main à leurs yeux paraisse le guider ; cet acte universel, décisif, ne doit pas te coûter davantage que tous les prestiges occultes que tu opères, dit-on, tous les jours. Ta gloire est intéressée à celui-ci ; ose le faire, ou cesse de t'étonner que tous les bons esprits rejettent ton pouvoir et se soustraient à tes prétendues impulsions, aux fables, en un mot, que publient de toi ceux qui s'engraissent comme des pourceaux à nous prêcher ta fastidieuse existence et qui, semblables à ces prêtres du paganisme nourris des victimes immolées aux autels, n'exaltent leur idole que pour multiplier les holocaustes.

Vous voilà, prêtres du faux dieu que chanta Fénelon ; vous étiez, en ces temps-là, contents d'exciter dans l'ombre les citoyens à la révolte : malgré l'horreur que l'Église a dit avoir pour le sang, à la tête des frénétiques qui versaient celui de vos compatriotes, vous montiez sur des arbres pour diriger vos coups avec moins de danger. Telle était alors la seule façon dont vous prêchiez la doctrine du Christ, dieu de paix ; mais depuis qu'on vous couvre d'or pour le servir, bien aises de n'avoir plus à risquer vos jours pour sa cause, c'est maintenant par des bassesses et des sophismes que vous défendez sa chimère. Ah ! puisse-t-elle s'évanouir avec vous pour jamais, et que jamais les mots de Dieu et de religion ne soient plus prononcés ! Et les hommes paisibles, n'ayant plus à s'occuper de leur bonheur, sentiront que la morale qui l'établit n'a pas besoin de fables pour l'étayer, et que c'est enfin déshonorer et flétrir toutes les vertus que de les échafauder sur les autels d'un Dieu ridicule et vain, que l'examen le plus léger de la raison pulvérise dès qu'elle l'examine.

Évanouis-toi donc, dégoûtante chimère ! Rentre dans les ténèbres où tu pris naissance ; ne viens plus souiller la mémoire des hommes ; que ton nom exécré ne se prononce plus qu'à côté du blasphème, et qu'il soit livré au dernier supplice, le perfide imposteur qui voudrait à l'avenir te réédifier sur la terre ! Ne fais plus surtout tressaillir d'aise ni crier de joie les évèques charnus à cent mille livres de rentes : ce miracle ne vaudrait pas celui que je te propose, et si tu dois nous en montrer un, qu'il soit au moins digne de ta gloire. Et pourquoi donc te cacher à ceux qui te désirent ? Crains-tu de les effrayer, ou redouterais-tu donc leur vengeance ? Ah ! monstre, comme elle t'est due ! Était-ce en effet la peine de les créer pour les plonger, comme tu le fais, dans un abîme de malheurs ? Sont-ce donc par des atrocités que tu dois signaler ta puissance, et ta main qui les écrase ? Ne doit-elle pas être maudite par eux, exécrable fantôme ? Tu as bien raison de te cacher ! les imprécations pleuvraient sur toi, si jamais ta face hideuse apparaissait aux hommes ; les malheureux, révoltés de l'ouvrage, pulvériseraient bientôt l'ouvrier !

Faibles et absurdes mortels qu'aveuglent l'erreur et le fanatisme, revenez des dangereuses illusions où vous plonge la superstition tonsurée, réfléchissez au puissant intérêt qu'elle a de vous offrir un Dieu, au crédit puissant que de tels mensonges lui donnent sur vos biens et sur vos esprits, et vous verrez que de tels fripons ne devaient annoncer qu'une chimère, et, réversiblement, qu'un fantôme aussi dégradant ne pouvait être précédé que par des brigands. Si votre coeur a besoin d'un culte, qu'il l'offre aux palpables objets de ses passions : quelque chose de réel vous satisfera du moins dans cet hommage naturel. Mais qu'éprouvez-vous après deux ou trois heures de mysticité déifique ? Un froid néant, un vide abominable qui, n'ayant rien fourni pour vos sens, les laisse nécessairement dans le même état que si vous eussiez adoré des rêves et des ombres !... Et comment en effet nos sens matériels peuvent-ils s'attacher à autre chose qu'à la même essence dont ils sont formés ? Et vos adorateurs de Dieu, avec leur frivole spiritualité que rien ne réalise, ne ressemblent-ils pas à Don Quichotte prenant des moulins pour des géants ?

Exécrable avorton, je devrais ici t'abandonner à toi-même, te livrer au mépris que tu inspires seul, et cesser de te combattre de nouveau dans les rêveries de Fénelon. Mais j'ai promis de remplir la tâche ; je tiendrai parole, heureux si mes efforts parviennent à te déraciner du coeur de tes imbéciles sectateurs et peuvent, mettant un peu de raison à la place de tes mensonges, achever d'ébranler tes autels, pour les replonger à jamais dans les abîmes du néant."

(Sade, Discours contre Dieu)

Aucun commentaire: