dimanche 20 juin 2010

Salman Raduyev

Le dimanche 15 décembre 2002, le ministère de la justice russe a donné communication de la mort, à l'âge de 35 ans, de Salman Raduyev — premier des commandants tchétchènes a avoir été arrêté, jugé par voie judiciaire et condamné à la prison à vie pour la prise d'otages de Kisljar de 2001 — décès intervenu le 14 décembre 2002 dans l'infirmerie de la prison sibérienne dite "du cygne blanc" de la ville de Solikamsk (région de Perm), après une agonie de plusieurs jours, à la suite d'une hémorragie interne due, selon des sources russes, à de vieilles blessures de guerre jamais complètement cicatrisées (sic).

Le lundi 16 décembre 2002, un article du journal moscovite Kommersant, repris par le Süddeutsche Zeitung, rapportait des déclarations, anonymes, du personnel pénitenciaire selon lesquelles Raduyev, aux dires de son compagnon de cellule, aurait été battu à mort après s'être opposé à une perquisition surprise de ses gardiens. Salman Raduyev était un des témoins sur la base des témoignages desquels le ministère de la justice russe avait demandé au Danemark et à la Grande-Bretagne l'arrestation et l'extradition d'Akhmed Zakaiev puisque Raduyev aurait déclaré que Zakaiev a participé personnellement à des enlèvements et à des actions terroristes. Dans le même article, le journal Kommersant suggérait une lecture des événements selon laquelle la mort de Raduyev s'inscrirait dans un scénario prévoyant d'abord de contraindre celui-ci à faire des déclarations contre Zakaiev et ensuite de l'éliminer. (Source : Olivier Dupuis)

Aucun commentaire: