vendredi 6 août 2010

La sueur lui brûla les yeux

"Mais il était d'abord cette chaleur, cette insécurité palpitante, ce paquet de matières mouillées qui glougloutaient dans ses intestins. Il y eut un silence ; elle rêvait près de lui, fraîche et neigeuse ; il leva la main avec précaution et la passa sur son front moite. "Han !" gémit-il tout à coup.

"Qu'est-ce qu'il y a ?

- Ça n'est rien, dit-il. C'est mon voisin qui ronfle."

Ça l'avait pris dans le ventre comme un fou rire, cette sombre et violente envie de s'ouvrir et de pleuvoir par en bas ; un papillon éperdu battait des ailes entre ses fesses. Il serra les fesses et la sueur ruissela sur son visage, coula vers ses oreilles en lui chatouillant les joues. "Je vais tout lâcher", pensa-t-il, terrorisé.

"Vous ne dites plus rien, dit la voix blonde.

- Je... dit-il, je me demandais... Pourquoi avez-vous eu envie de me connaître ?

- Vous avez de beaux yeux arrogants, dit-elle. Et puis je voulais savoir pourquoi vous me haïssiez ?"

Il déplaça légèrement les reins, pour tromper son besoin, Il dit :

"Je haïssais tout le monde parce que j'étais pauvre. J'ai un sale caractère."

Ça lui avait échappé sous le coup de son envie ; il s'était ouvert par en haut : par en haut ou par en bas, il fallait qu'il s'ouvrit.

"Un sale caractère, répéta-t-il en haletant. Je suis un envieux."

Il n'en avait jamais tant dit. À personne. Elle lui effleura la main du bout des doigts.

"Ne me haïssez pas : moi aussi, je suis pauvre."

Un chatouillement lui parcourut le sexe : ça n'était pas à cause de ces doigts maigres et chauds sur le gras de sa main, ça venait de plus loin, de la grande chambre nue, au bord de la mer. Il sonnait, Jeannine arrivait rabattait les couvertures, lui glissait la bassin sous les reins, elle le regardait se liquéfier et quelquefois elle prenait Master Jack entre le pouce et l'index, il adorait ça. À présent, sa chair était bien dressée, l'habitude était prise ; toutes ses envies de chier étaient empoisonnées par une langueur acide, par l'envie pâmée de s'ouvrir sous un regard, de béer sous des yeux professionnels. "C'est ça que je suis", pensa-t-il. Et le coeur lui manqua. Il avait horreur de lui, il secoua la tête et la sueur lui brûla les yeux."

(Jean-Paul Sartre, Le Sursis)

Aucun commentaire: