mercredi 4 août 2010

L'attente au bord de l'amour

"L'attente au bord de l'amour est délirante. J'attendais ; elle aussi, surprise, et paraissant goûter cet arrêt du temps qui est, pour les amants, une mort figurée. Au bord de toi je vis, je meurs. Au bord de toi je m'enchante, et je triche, et j'existe et je ne suis plus rien dès que, mêlé à toi, ta graisse généreuse nourrit mes os glacés, mes os d'enfant. Je suis l'os. Le serpent, mou, insidieux, insistant, c'est toi.

Et tu m'étouffes, et tu me vides ma carcasse, et je deviens ton ombre, et tu me traînes dans tes sentiments, et on me voit sortant de toi, de tes yeux, du fond de ta conscience et de ta peau."

(Léo Ferré)

Aucun commentaire: