mercredi 18 août 2010

Quelque chose comme un grand peuple

MONTRÉAL - Estimant que le Québec se trouve à une période charnière de son histoire, Joseph Facal a pris la plume pour exposer les actions qu'il juge nécessaires afin d'éviter un déclin prononcé de notre société, dans un essai intitulé Quelque chose comme un grand peuple.

Dans cet ouvrage de 300 pages, M. Facal tente de faire le tour de toutes les questions qu'il considère comme étant «essentielles» et dit «tordre le cou à certains mythes et à des demi-vérités» à l'origine de notre stagnation.

«L'idée centrale de ce bouquin est de reconnaitre les progrès enregistrés dans les dernières décennies tout en cherchant des solutions aux défis démographiques, financiers et identitaires auxquels nous sommes confrontés.»

Évidemment, la question nationale n'a pas été occultée par l'ex-député péquiste. «On ne peut l'ignorer puisqu'il s'agit de savoir qui détient l'autorité, la majorité canadienne ou les Québécois».

Celui qui fut l'un des signataires du manifeste Pour un Québec lucide presse les dirigeants politiques à faire preuve de courage et à passer à l'action même si certaines mesures, qu'il estime nécessaires, peuvent être mal reçues par la population.

«Le Québec tourne en rond, est dans une spirale de déclin qui pourrait s'accélérer si on ne s¹en rend pas compte» affirme l'ancien ministre qui garde néanmoins espoir que les Québécois se prennent en main.

«Je veux que nous transmettions à ceux qui viendront après nous un héritage qui aura été bonifié et non dilapidé. Si, un jour, ils nous demandent des comptes, ils voudront probablement recevoir de nous autre chose que des excuses.»

(Source : Canoë)

Aucun commentaire: