vendredi 6 août 2010

Tu veux une pomme ?

"Je me coupe à ras l'ongle du doigt
du milieu
de la mains droite
vraiment à ras
et je commence à lui caresser le con
et elle se tient assise sur le lit toute raide
à se passer de la lotion sur les bras
la figure
et les seins.
elle vient de sortir du bain.
puis elle s'allume une cigarette :
"que ça ne t'empêche pas de continuer",
dit-elle, et elle ne cesse de fumer et de
se passer de la lotion.
je continue de lui caresser le con.
"tu veux une pomme ?" que je lui dis.
"volontiers", fait-elle, "tu en as une ?"
mais en définitive je préfère commencer à la
travailler-
elle commence de se tortiller.
puis elle se met sur le flanc,
humide et ouverte
comme une fleur sous la pluie.
puis elle se met sur le ventre
et son superbe cul
me fait risette
et je repasse la main dessous et je lui
touche aussi le con.
elle se tourne et empoigne
ma queue qu'elle agite en tous sens,
j'écrase mon visage dans le flot
de ses cheveux roux qui ruissellent
de toutes parts
et ma queue gonflée pénètre
dans ce miracle.
après, tout devient un jeu : la lotion,
les cigarettes et la pomme.
puis je sors acheter du poulet
et des crevettes et des frites et des pains au lait
et de la purée de pommes de terre arrosée de
jus de viande
et de la salade de choux rouge, et nous
mangeons, elle me dit
combien ç'a été bon pour elle et je lui dis
combien ç'a été bon pour moi et nous
mangeons
le poulet et les crevettes et les
frites et les pains au lait et la
purée de pommes de terre arrosée de jus de
viande et
la salade de choux rouge aussi."

(Charles Bukowski, L'amour est un chien de l'enfer)

Aucun commentaire: