lundi 21 février 2011

Un tour de monde en 100 chefs-d'oeuvre du musée du Louvre

Magnifique livre qui nous offre un véritable tour du monde par le biais d’œuvres soigneusement choisies en raison de leur provenance ou de l’inspiration de leur auteur. Ce volume se divise en trois chapitres. Le premier intitulé « Voyage au pays de l’œuvre » est constitué principalement de statues, vases, sculptures et aussi d’une armure et d’un masque provenant de pays aussi variés que la Syrie, l’Irak, l’Iran, l’Égypte, la Grèce, la Turquie, la France, le Chili et même le Canada. On y retrouve des œuvres très connues comme la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace et aussi des pièces un peu moins célèbres telles que l’Apollon de Piombino et l’Hermaphrodite endormi. Le Canada est représenté par un très beau masque à transformation Kwakiult, une population côtière de la Colombie-Britannique, évoquant les esprits des ancêtres.

Le deuxième chapitre intitulé « Voyage au cœur de l’œuvre » est constitué d’un éventail de chefs-d’œuvre de la peinture européenne qui nous entraîne directement au cœur de la vie de l’artiste et de son temps. On y retrouve entre autres La Joconde bien sûr, Les Captifs de Michel-Ange, La diseuse de bonne aventure du Caravage et Le tricheur à l’as de carreau de Georges de La Tour, Le Prêteur et sa femme de Quentin Metsys et Le Jeune mendiant de Murillo. Ce sont d’ailleurs les œuvres que je préfère parmi celles présentées dans ce chapitre. Je dois avouer avoir été fort impressionnée par le retable de San Zeno d’Andrea Mantegna qui bénéficie d’un dépliant de huit pages. Une œuvre d’une richesse absolument incroyable.

Le troisième chapitre intitulé « Voyage à travers l’œuvre » rassemble une série de toiles peintes par des artistes ayant effectué plusieurs voyages à l’étranger. On peut admirer des œuvres de peintres tels que Dürer, William Turner, Eugène Fromentin, Alexandre Decamps, Antoine Gros et Pierre Patel. Je veux souligner la Vue du lac de Nemi au soleil couchant de Joseph Wright et aussi Le Radeau de la Méduse de Théodore Géricault sans oublier Les Juives d’Alger au balcon de Théodore Chassériau un artiste que j’aime beaucoup.

Chaque œuvre est représentée par une photographie pleine page. Un court texte explique la signification de l’œuvre, sa provenance, les circonstances de sa découverte pour le chapitre sur l’archéologie, une courte biographie de l’artiste pour les toiles et les sculptures ainsi qu’une description indiquant les matériaux et les dimensions. Un livre absolument magnifique qui nous fait voyager autour du monde comme son titre l’indique fort judicieusement. À feuilleter le soir pour se détendre et pour renouer avec la beauté du monde.

Dirlandaise

Aucun commentaire: