jeudi 31 mars 2011

Un scintillement de lumière colorée

Il s’agit du catalogue de l’exposition « Couleurs et lumière » rassemblant plus de cent-soixante oeuvres de Louis Comfort Tiffany (1848-1933), présentée au musée du Luxembourg à Paris de septembre à janvier 2010, au musée des Beaux-Arts de Montréal de février à mai 2010 et au Virginia Museum of Fine Arts de Richmond aux Etats-Unis de mai à août 2010. Presque tout le monde connaît Tiffany et a eu la chance au moins une fois dans sa vie d’admirer une de ses œuvres que ce soit ses vitraux ou ses objets décoratifs tels que lampes, lampadaires, objets de bureau, flacons, vases, mosaïques, bijoux etc. 



Louis C. Tiffany fut sans contredit un des chefs de file du design américain de la fin du dix-neuvième siècle en raison principalement de ses audacieuses innovations dans le domaine du verre. Il rivalise même avec les grands verriers européens dont entre autres Émile Gallé. Ses œuvres se sont vendues partout dans le monde mais principalement aux Etats-Unis, en France, en Allemagne et en Russie. Sa clientèle était composée de gens aisés en mesure de payer les prix exorbitants demandés pour ses réalisations. Le livre retrace le parcours de l’artiste, ses débuts en tant que peintre et ensuite son intérêt marqué pour les arts décoratifs et en particulier le verre. Il se fait d’abord connaître comme décorateur d’intérieur et devient l’artiste américain le plus recherché dans ce domaine. Il va même jusqu’à ouvrir sa propre verrerie et développe un verre appelé « favrile » dont il fait son exclusivité. Ses vitraux décorent de nombreuses églises dont une église presbytérienne américaine située sur la rue Dorchester à Montréal que j’ai visitée à de nombreuses reprises lorsque j’habitais la région.

Chaque chapitre est rédigé par de grands spécialistes internationaux. Les plus intéressants sont sans contredit « La palette de verres de Tiffany » de Nina Gray qui retrace toutes les étapes de la fabrication du verre et raconte de quelle façon Tiffany s’est doté de l’expertise d’un chimiste érudit en la personne de Arthur J. Nash, un verrier anglais qui devient le cerveau des opérations liées à la fabrication du verre chez Tiffany. 

Le chapitre « Les vases en verre de Tiffany » de Martin Eidelberg donne un excellent aperçu du travail et de l’évolution artistique de l’artiste dont le grand rival était John La Farge, un verrier très innovateur. Les vases en verre favrile aux formes organiques sont de toute beauté. Différentes lignes sont offertes : les vases fleurs, les vases lava, les vases cypriote, les vases aquamarine et agate. Mes préférés sont les vases fleurs et les vases aquamarine.

« Les luminaires et les articles fantaisie » de Martin Eidelberg également très intéressant chapitre sur les premiers objets mis sur le marché par Tiffany dont les chandeliers, différents articles de bureau comme de belles boîtes à timbres et de magnifiques encriers ainsi que des panneaux de mosaïque et les fameuses lampes. 

Un chapitre rédigé par Jean-Luc Olivié est consacré à la relation existant entre le verrier français Émile Gallé et Tiffany. Il y est mentionné que Louis C. Tiffany fut une des premières personnalités artistique oeuvrant en Amérique à être largement reconnue en Europe principalement pour sa production de verres soufflés. 

Le tout dernier chapitre signé Rosalind M. Pepall est consacré aux vitraux de Tiffany au Canada dont ceux ornant bien sûr l’église presbytérienne américaine située à Montréal.

Ce livre vous occupera pendant des heures et des heures tout en vous instruisant sur un des plus grands artistes américains du tournant du vingtième siècle. Il vous fera découvrir de pures merveilles. Il fourmille d’informations sur la vie et les techniques du grand artiste New Yorkais que fut Louis C. Tiffany. Les vitraux sont éblouissants de beauté de même que les vases et aussi les célèbres lampes. Bien entendu, l’artiste était entouré de nombreux collaborateurs : dessinateurs, verriers, ouvriers, chimistes. Bref, un livre fort intéressant et instructif sur l’Art Nouveau et son grand maître incontesté que fut Tiffany.


Dirlandaise

Aucun commentaire: