mercredi 20 avril 2011

La force immense de l'amour

"L'éclat tranquille du lumineux croissant. L'étang brillant. Les vieux bouleaux, dont les branches chevelues s'argentaient d'un côté, au clair de lune, et, de l'autre, couvraient de leurs ombres noires les buissons et la route. Le cri de la caille derrière l'étang. Le bruit à peine perceptible de deux vieux arbres qui se frôlent. Le bourdonnement des moustiques et la chute d'une pomme qui tombe sur les feuilles sèches, les grenouilles qui sautent jusque sur les marches de la terrasse, et dont le dos verdâtre brille sous un rayon de lune... La lune monte ; suspendue dans le ciel clair, elle remplit l'espace ; l'éclat superbe de l'étang devient encore plus brillant ; les ombres se font plus noires, la lumière plus transparente... Et moi, humble vermisseau, déjà souillé de toutes les passions humaines, mais avec toute la force immense de l'amour, il me semblait en ce moment que la nature, la lune et moi, nous n'étions qu'un."

(Léon Tolstoï, Jeunesse)

Aucun commentaire: