vendredi 24 juin 2011

"Saint Grégoire le Grand écrivant" par Carlo Saraceni (1579-1620)

Saint Grégoire le Grand est le plus important, pour la chrétienté, des nombreux saints qui portent ce prénom. Fils d'un sénateur de Rome, il entama très tôt une carrière politique qu'il abandonna pourtant pour fonder un premier monastère d'obédience bénédictine, qui fut suivi de plusieurs autres. Sa prodigieuse énergie lui permit de mener une lutte efficace contre la pauvreté.

Il fut élu pape en 590 et fit la preuve de ses talents de négociateur en dissuadant une peuplade germanique, les Lombards, d'envahir l'Italie. Excellent gestionnaire, il put faire distribuer de l'argent et de la nourriture aux pauvres de Rome. Toutes ces actions ont accru sensiblement le prestige de la papauté, et lui ont permis de jouer sur la scène politique un rôle important - que d'ailleurs elle assure encore de nos jours. Saint Grégoire a joué de son influence pour établir à Rome le siège du catholicisme, tandis que Constantinople restait la capitale de l'Église d'Orient.

Saint Grégoire fut aussi un grand théologien, qui contribua à réformer l'Église catholique (il compte au nombre des docteurs de l'Église avec saint Augustin, saint Ambroise et saint Jérome), et un auteur très prolifique, dont la plupart des ouvrages ont eu un grand retentissement. Il est également à l'origine du chant grégorien, ou "plain-chant".

Il jouissait de son vivant d'une extrême popularité : alors que les procès en canonisation durent d'ordinaire plusieurs années, il fut canonisé l'année même de sa mort, en 604.

Saint Grégoire est le plus souvent représenté en pape, portant la tiare ornée de trois bandes décorées superposées. Son attribut iconographique principal est la colombre du Saint-Esprit, que son secrétaire dit avoir vu auprès de son oreille, lui inspirant ses écrits. Plusieurs anecdotes miraculeuses de la vie de saint Grégoire ont été traitées par les peintres : on le voit assister, avec une douzaine de miséreux, à un repas auquel Jésus vient prendre part ; pour prouver l'authenticité du vêtement de saint Jean l'Évangéliste, il en coupe un morceau, qui se met à saigner ; la force de ses prières parvient à sauver du purgatoire l'âme de l'empereur romain Trajan. La scène la plus représentée par les peintres reste la messe de saint Grégoire : comme l'un des diacres qui l'assistaient doutait de la présence réelle du Christ dans le pain et le vin de l'Eucharistie, saint Grégoire demanda un signe à Dieu, et le Christ apparut au-dessus de l'autel, environné des instruments de la Passion."

(Marcus Lodwick, visite guidée)

Aucun commentaire: