samedi 18 juin 2011

"Saint Simon le Zélote" par Carlo Dolci (1616-1686)

"Simon est originaire de la ville de Cana en Galilée. Il devint l'un des premiers disciples de Jésus et compte parmi les douze premiers apôtres. Pour le distinguer d'un autre Simon du Nouveau Testament, Simon Pierre - c'est à dire saint Pierre lui-même -, il est appelé Simon le Cananéen ou Simon le Zélote. Ce dernier terme peut signifier qu'il appartenait aux zélotes, une secte juive orthodoxe qui s'opposait au gouvernement romain, ou bien se rapporter simplement à son zèle à répandre la parole du Christ.

Simon n'apparaît guère dans les Évangiles. Il ne commence à jouer un véritable rôle qu'au moment où les apôtres se dispersent pour aller prêcher de par le monde. La légende prend alors le relais de la vérité historique, et de nombreuses contrées - jusqu'aux îles Britanniques - s'enorgueillissent de l'avoir vu passer. La mort de Simon le Zélote a elle aussi donné prise à la légende : pour certains, il serait devenu évêque de Jérusalem et aurait été crucifié dans cette ville au moment de la destruction, en 70 ; pour d'autres, il serait allé prêcher l'Évangile en Égypte et en Perse avec un autre apôtre, Jude, qui passe pour être son frère. Après des discussions théologiques sans fin avec des prophètes et des grands prêtres païens, ils auraient jeté leurs idoles à terre, ce qui leur aurait valu d'être condamnés à mort. La tradition veut que Simon le Zélote ait été scié en deux.

Les peintres représentent fréquemment saint Simon accompagné de saint Jude. Avant le XIVe siècle, Simon a en main un livre ou un phylactère, allusion aux Évangiles. Plus tard, il tient une scie, l'instrument de son martyre. Saint Jude, lui, porte un bâton, une hallebarde ou une épée. On rencontre aussi la représentation des deux apôtres renversant les idoles.

Dans ce tableau plein de douceur, malgré ses couleurs très sombres, on reconnaît saint Simon à la scie qu'il a en main : c'est l'instrument de son martyre."

(Marcus Ludwick, Visite guidée, déchiffrer les tableaux classiques, comprendre l'histoire qu'ils racontent.)

Aucun commentaire: