lundi 1 août 2011

"Le champ merveilleux du possible..."

"Le christianisme, c'est frapper sa poitrine, et non celle du voisin. C'est ce que les inquisiteurs minuscules qui sont sans cesse à me donner des leçons d'orthodoxie, ont une curieuse tendance à oublier."

"Le jour où je renoncerai au libertinage, je devrai choisir entre les deux voies royales, qui sont le monastère et le mariage ; entre la vie intérieure et la vie d'intérieur."

"Avant, ils étaient infatués de moi à l'excès ; à présent, ils m'envoient brûler en enfer, autre excès."

"Le génie du christianisme me semble resserré dans les quelques lignes où saint Matthieu dit : la miséricorde, et non le sacrifice ; les pêcheurs, et non les justes."

"Prétendre psychanalyser les candidats au monachisme, pour déceler si ce sont de "bonnes" ou de "mauvaises" raisons qui les poussent vers le cloître, est une monstruosité. En tout cas, c'est ne rien comprendre au cheminement de la grâce. Nous pouvons venir au Christ pour les "pires" motifs et néanmoins opérer notre salut. L'assassin qui se réfugie au monastère pour échapper à la justice séculière, l'Occidental qui se convertit à l'orthodoxie par goût des oripeaux folkloriques de l'Orient chrétien, sont certes, en apparence, de bien douteuses recrues. Cependant, c'est manquer singulièrement de foi dans l'efficace des sacrements, en particulier de l'eucharistie, que de ne pas croire qu'ils puissent devenir un jour de vrais disciples du Ressuscité. L'Esprit souffle où il veut."

"Le suicide n'est pas une réponse. Il ne résout rien."

"Être un écrivain, c'est être quelqu'un d'un peu monstrueux. Nous avons un coeur en forme de stylo."

"Athée, soit ; mais avec le sens du sacré et le goût des rites."

"Dans cette société figée par les servitudes et les conformismes, je suis disponible pour toutes les aventures."

"On peut être obsédé par le désir du bonheur et songer parfois à se loger une balle dans la tête."

"Les civilisations les plus raffinées, les plus exquises, ayant toujours tenu le loisir pour le souverain bien, il est naturel que la nôtre, ensemble vulgaire et totalitaire, se soit fait un dieu du travail. Le trait de génie est d'être parvenu à convaincre nos infortunés contemporains que ce qui les rend esclaves les rend libres. C'est l'imposture déguisée en vérité dogmatique, et malheur à qui vend la mèche."

"Devant moi, étale, le champ merveilleux du possible..."

(Gabriel Matzneff, Vénus et Junon - Journal 1965-1969)

Aucun commentaire: