dimanche 25 septembre 2011

Prétentieuse édition du Satiricon...

"Prétentieuse édition du Satiricon, tirée à 275 exemplaires, ornée de lithographies de Léonor Fini, bref tout l'attirail pour duper les gogos se piquant de bibliophilie. Pour moi, qui ne suis pas un bibliophile, mais qui ne suis pas davantage un gogo, j'ai compris que c'était une foutaise dès que j'ai eu lu que la présente "adaptation" (sic) de Pétrone est faite à partir de la traduction de Nodot parue en 1736 du manuscrit intégral de Pétrone découvert un demi-siècle plus tôt, en 1688, à Belgrade.

Dans cette histoire, tout est faux. En premier lieu, l'édition du Satiricon par Nodot date non de 1736, mais de 1694 (chez Pierre Marteau, à Cologne). Secondement, cette prétendue découverte d'un manuscrit complet du Satiricon par un officier français à Belgrade en 1688 est un des plus célèbres canulars, une des plus fameuses impostures du XVIIe siècle. Le pastiche de Nodot est habilement tourné, amusant, et témoigne de l'engouement du public français d'alors pour Pétrone, mais voilà près de trois siècles que l'on sait que cette édition est un faux. Qu'un éditeur ose utiliser aujourd'hui ce faux pour fabriquer un ouvrage de luxe, et s'en vanter, prouve que son inculture n'a d'égale que celle du public soi-disant cultivé auquel il s'adresse."

(Gabriel Matzneff, Élie et Phaéton, journal, 1970-1973)

Aucun commentaire: