mardi 25 octobre 2011

Au matin, très tôt...

"Au matin, très tôt. Le soleil n'était pas encore levé et la baie tout entière était cachée par un brouillard blanc venu de la mer. Les grandes collines recouvertes de brousse, au fond, étaient submergées. On ne pouvait voir où elles finissaient, où commençaient les prairies et les bungalows. la route sablonneuse avait disparu, avec les bungalows et les pâturages de l'autre côté ; par-delà, il n'y avait plus de dunes blanches revêtues d'une herbe rougeâtre ; rien n'indiquait ce qui était la grève, ni où se trouvait la mer. Une rosée abondante était tombée. L'herbe était bleue. Des grosses gouttes se suspendaient aux buissons, prêtes à tomber sans tomber pourtant ; le toï-toï argenté et floconneux pendait mollement à ses longues tiges ; l'humidité inclinait jusqu'à terre toutes les renoncules et les oeillets des jardins. Les froids fuchsias étaient trempés ; de rondes perles de rosée reposaient sur les feuilles plates des capucines. On eût dit que la mer était venue doucement battre jusque-là dans les ténèbres, qu'une vague immense et unique était venue clapoter, clapoter... jusqu'où ? Peut-être, si l'on s'était éveillé au milieu de la nuit, on aurait pu voir un gros poisson effleurer brusquement la fenêtre et s'enfuir...

Ah... ah... ah ! faisait la mer ensommeillée. Et de la brousse venait le son des ruisselets qui coulaient vivement, légèrement, glissaient entre les pierres lisses, jaillissant, dans des vasques ombragées de fougères et en ressortaient ; on entendait le bruit de grosses gouttes éclaboussant des feuilles larges, le bruit de quelque chose encore - qu'était-ce donc ? - un vague frémissement, une secousse légère, une brindille qui se brisait, puis un silence tel qu'il semblait que quelqu'un écoutât.

Tournant le coin de la baie, entre les masses entassées des quartiers de rocs, un troupeau de moutons avança dans un tapotement de petits pas. Ils se pressaient les uns contre les autres, petite masse cahotante et laineuse, et leurs pattes minces, semblables à des baguettes, trottinaient bien vite comme si le froid et le silence les eussent effrayés. Derrière eux, un vieux chien de berger, ses pattes mouillées couvertes de sable, courait, le museau contre le sol, mais d'un air distrait, comme s'il pensait à autre chose. Puis, dans l'orifice encadré de rochers, parut le berger lui-même. C'était un vieil homme maigre et droit, vêtu d'une veste de bure que couvrait un réseau de gouttelettes menues, de pantalons de velours attachés sous le genou et d'un large chapeau avec un mouchoir bleu plié et noué autour du bord. Il tenait une main passée dans sa ceinture ; l'autre étreignait un bâton jaune, merveilleusement poli. Et tandis qu'il marchait sans se presser, il ne cessait de siffloter tout doucement, légèrement, lointain et aérien pipeau au son mélancolique et tendre. Le vieux chien esquissa une ou deux de ses cabrioles d'autrefois, puis s'arrêta vivement, honteux de sa frivolité, et fit à côté de son maître quelques pas pleins de dignité. Les moutons avançaient en courant, à pas menus, par petits élans ; ils se mirent à bêler et des troupeaux fantômes leur répondirent sous la mer : "Bê... ê... ê ! bê...ê...ê !"

(Sur la baie - Katherine Mansfield)

Aucun commentaire: