dimanche 22 avril 2012

13 mai

"Il pleut et il fait froid et les ramures des cèdres ruissellent vernissées. La beauté ne sauvera jamais le monde, tout juste offrira-t-elle de beaux décors pour l'entre-tuerie des hommes.

Un silence gris est posé sur le lac. Que couve ce jour mou ? Un sursaut de l'hiver ? Non, le printemps est trop engagé. Ce qui est beau avec les saisons c'est que chacune laisse poliment sa place. Aucune ne s'accroche. Vers 5 heures, enfin, il se passe quelque chose : les nuages s'ouvrent. Le bleu du ciel dissout l'ouate. La masse grise se disloque et des écharpes de brume prennent la taïga à la gorge. Vite, un verre ! Que la vodka m'aide à mieux saisir la subtilité de ces transformations ! Ah, si j'avais du vin... La Kedrovaïa fera l'affaire tout de même. Au cinquième shot, je comprends ce qui se passe à l'intérieur du nuage."

(Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie)

Aucun commentaire: