samedi 30 juin 2012

Une vision

"Cette nuit j'ai eu le sentiment que je devais me cacher devant quelque chose d'horrible. Je suis allé à la fenêtre, j'ai écarté les rideaux, et regardé dehors, c'était comme si je me trouvais dans un aquarium dont l'eau aurait gelé. Les troncs d'arbres, les buissons, tout. Comme pris dans de la glace blanchâtre, si transparente que je pouvais voir jusqu'aux parois de la montagne. Au moindre ébranlement, par exemple, quand j'entendais un souffle, mille et mille fêlures se formaient dans le gigantesque bloc de glace dans lequel le monde était figé. Ce spectacle me remplit d'effroi et je dus me forcer à en détourner mes regards tellement il était fascinant. Je revins à la cuvette, trempais la serviette dans l'eau et m'enveloppais la tête.

Quand je retournais à la fenêtre, l'apparition avait disparu. Pas de glace, plus de rigidité. Soudain, tout avait repris vie et mouvement. Et c'était encore bien plus inquiétant."

(Thomas Bernhard, Gel)

Aucun commentaire: