jeudi 26 juillet 2012

"Sa lutte avec les mots..."

"Sa lutte avec les mots était exceptionnellement pénible et cela pour deux raisons. L'une était la difficulté qu'éprouvent les écrivains de sa sorte à combler l'abîme entre l'expression et la pensée ; ils ont le sentiment à rendre fou que les mots justes, les seuls mots justes attendent sur l'autre bord dans un lointain brumeux, tandis que de ce côté-ci de l'abime, les réclamant instamment, frémit une pensée sans vêtements. Il ne pouvait se servir d'expressions toutes faites, parce que les choses qu'il avait à dire étaient d'un caractère exceptionnel, et il savait, en outre, qu’on ne peut soutenir qu'une idée véritable existe en dehors des mots faits pour elle sur mesure. Si bien que (pour user d'une comparaison plus rigoureuse) la pensée qui n'était nue qu'en apparence suppliait simplement que devinssent visibles les vêtements qu'elle portait, tandis que les mots cachés dans le lointain et qui semblaient des coquilles vides, en réalité attendaient d'être embrasés et mis en branle par le pensée que déjà ils recelaient."

(Vladimir Nabokov, La vraie vie de Sebastian Knight)

Aucun commentaire: